22-05-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   SELON L'ONS : Hausse de l'activité des mines et carrières      SURFACTURATION DES IMPORTATIONS : Et taux de change parallèle      SELON LA CHAMBRE DE L'AGRICULTURE D'EL OUED : Prévision de moisson de 446 000 quintaux de céréales      MINISTERE DU COMMERCE : Djellab évoque la coopération économique avec l'ambassadeur d'Ethiopie   
 

   

 
    Economie
 
SELON L'ONS
Hausse de l'activité des mines et carrières

L'Algérie a enregistré une hausse de l'activité industrielle du secteur des mines et des carrières durant le 4ème trimestre 2018, boostée par une utilisation des capacités de production à plus de 75%, selon une enquête d'opinion par l'Office national des statistiques (ONS). La majorité (70%) des industriels concernés par l'enquête disent avoir satisfait les commandes reçues et gardé des quantités en stock, relèvent les résultats de l'enquête trimestrielle de l'Office, ajoutant que l'approvisionnement en eau des unités de production a été permanent. Concernant les effectifs, les industriels ont relevé une hausse du personnel durant le dernier trimestre 2018. Presque la totalité des concernés par l'enquête sont "satisfaits" du niveau de qualification du personnel et disent ne pas eu de difficultés à en recruter. Cependant, la majorité des enquêtés ont déclaré être incapables d'embaucher du personnel supplémentaire sans qu'ils ne renouvellent leurs équipements. Dans ce contexte, plus de la moitié des chefs d'entreprises avait indiqué avoir connu des pannes d'équipements durant le dernier trimestre de 2018, inférieures à six jours, précisant avoir réussi à remettre en marche ses équipements. S'agissant de la santé financière de leurs entreprises, les enquêtés ont jugé «normal» l'état de leurs trésoreries, prévoyant une «stabilité de l'activité, de la demande, ainsi que des prix de ventes des produits, au cours des prochains moins».

En dépit du retard accusé

 Le secteur des mines avait connu en 2018 une dynamique à travers le lancement de mégas projets et la relance d'autres projets à même de donner un nouveau souffle à cette filière vitale, selon les informations communiquées le 12 février dernier par le ministère de l'Industrie et des Mines. Parmi les projets inscrits figure celui consistant à exploiter et transformer le phosphate à l'Est du pays, à la faveur de la signature d'un accord de partenariat entre des entreprises algériennes et chinoises. La concrétisation de ce mégaprojet, dont le montant d'investissement, s'élève à 6 milliards de dollars, permettra à l'Algérie d'être l'un des pôles mondiaux pour l'exportation des engrais, devant atteindre 2 milliards de dollars annuellement, après sa mise en service, en 2022. Ainsi, la production nationale en phosphate passera substantiellement de 1,2 million de tonnes actuellement, à environ 12 millions de tonnes, d'autant plus qu'une grande partie de cette production sera transformée en engrais, tandis que la partie restante sera exportée, selon le ministère, qui prévoit d'éventuelle création, à l'avenir, d'un autre complexe d'engrais. Par ailleurs, le ministère avait annoncé, dès cette année, la modernisation de l'exploitation des mines de fer d'El Ouenza et de Boukhadra (Tébessa), dans l'objectif d'augmenter la production pour passer de 1,2 million de tonnes/an à 3,5 ou 4 millions de tonne/an, en vue de répondre à la demande croissante des usines sidérurgiques. S'ajoutent à cela d'autres projets qui sont en cours l'étude comme la construction d'une usine pour l'exploitation du gisement de manganèse.






SURFACTURATION DES IMPORTATIONS
Et taux de change parallèle

Le débat économique est dominé ces derniers temps par un seul sujet, la surfacturation des importations, une pratique qui a de fait tourné au sport national depuis déjà quelques années. Il est utile de prime abord de mentionner que les pratiques frauduleuses liées au commerce extérieur ne sont pas une spécificité algérienne. Comme le rappelle dans son rapport annuel l’ONG Global Financial Integrity ([1]), il s’agit d’un phénomène qui touche gravement la grande majorité des pays en développement et l’un des canaux essentiels de l’évasion des capitaux dans ces pays. Au jeu de la sur et sous facturation à l’importation et à l’exportation, notre pays est très loin du groupe des nations vertueuses dans ce domaine (95ème sur 148 dans le dernier rapport de l’ONG portant sur la période 2006-2015). Mais il y a bien une spécificité algérienne qui tient notamment à son marché de change dual, et à un degré moindre, aux tarifs douaniers en cours. Cette note décortique la mécanique de la fraude par la surfacturation des importations en Algérie, en montrant clairement le rôle du taux de change parallèle et des tarifs douaniers dans la genèse et l’amplitude la fraude, et son impact sur l’évolution des réserves de change. Pourquoi diable surfacturer ses importations, payer des taxes supplémentaires, et le revendre au prix normal ? On montre que c’est essentiellement la prime du taux de change parallèle par rapport à l’officiel qui ouvre la voie à cette fraude. Il s’agit en l’occurrence, et nous pesons nos mots, d’attentats à l’économie nationale, attentats récurrents, presque en temps continu, qui n’ont pas reçu de réponse des autorités algériennes jusqu’à présent, ce qui interpelle lourdement. Nous examinons dans cette note quelques réponses à apporter à court terme à ce fléau, un des marqueurs les plus honteux de l’ancien système. Commençons par expliquer la surfacturation. Un importateur algérien crée une société à l’étranger dans un pays où les taxes sur les bénéfices sont très faibles. Cet importateur doit importer une quantité de bien qui vaut un million d’euros sur les marchés internationaux. Sa société à l’étranger achète ce bien au prix d’un million d’euros. Sa société en Algérie achète ce bien auprès de sa société à l’étranger à un prix supérieur à un million d’euros, par exemple trois millions. Il paye l’équivalent de trois millions d’euros à une banque algérienne au taux officiel et les taxes de douane sur le montant déclaré de trois millions d’euros. Ce bien est vendu sur le marché algérien comme s’il avait était importé au prix d’un million d’euros car les importateurs se font concurrence sur la vente des produits. L’importateur manque donc de dinars car il doit payer sa banque et les douanes un bien de trois millions d’euros. Une partie des deux millions d’euros de bénéfices de la société à l’étranger est injectée dans le marché parallèle des devises pour obtenir des dinars afin de payer ces manques. L’autre partie qui est le gain de la surfacturation reste dans un compte à l’étranger ou elle est injectée dans le marché parallèle des devises pour les besoins de l’importateur frauduleux.






SELON LA CHAMBRE DE L'AGRICULTURE D'EL OUED
Prévision de moisson de 446 000 quintaux de céréales

Une récolte de 445 900 quintaux de céréales est attendue dans la wilaya d'El Oued, au terme de la campagne de moisson qui a débuté cette semaine, a-t-on appris de la Chambre de l'Agriculture. Cette moisson prévisionnelle se répartit entre deux variétés de céréales, le blé dur principalement avec 344 400 quintaux et l'orge avec 101 500 quintaux, en hausse respectivement de 27,5% et 200 % par rapport à l'an dernier, a indiqué le président de la Chambre agricole. La superficie emblavée cette année est de 11 100 ha, répartis entre le blé dur (8 200 ha) et l'orge (2 900 ha), et qui constituent 10,7% de la superficie agricole totale exploitée (103 000 ha), a précisé Bekkar Ghemmam Hamed. Les cultures céréalières se concentrent notamment dans quatre communes à vocation agricole, à leur tête Ben Guecha en zone frontalière qui détient les 49% (5 430 ha), suivie de Hassi Khelifa (20%) puis Trifaoui et El-Meghaier, at-il détaillé. Les pics de rendement concernant le blé dur dépassent les 42 quintaux à l'hectare dans certaines zones telles que Ben Guecha, selon la même source. Les services de la Coopérative des céréales et légumes secs (Ccls) de la wilaya ont prévu deux points pour l'ensilage de la moisson, à El Foulia (commune de Reguiba) avec une capacité de stockage de 250 000 quintaux et au siège de la coopérative à ElOued d'une capacité de stockage de 25 000 quintaux, a ajouté le responsable en annonçant l'ouverture prochaine d'autres points pour répondre à l'attente des céréaliculteurs. Au moins 39 moissonneuses, dont 10 relevant de la Ccls, ainsi que 12 botteleuses ont été mobilisées pour les besoins de cette campagne. La direction des services agricoles (DSA) de la wilaya élaborent actuellement un programme pour la création de grandes exploitations dédiées à la céréaliculture, en plus de l'intensification, la modernisation et la mécanisation de cette filière, ainsi que la recherche de mécanismes pour encourager la création d'exploitations pour la culture des légumes secs.






MINISTERE DU COMMERCE
Djellab évoque la coopération économique avec l'ambassadeur d'Ethiopie

 Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, a reçu, lundi à Alger, l'ambassadeur de la République fédérale démocratique d'Ethiopie en Algérie, Amin Abdulkadir, avec lequel il a évoqué la coopération économique et les échanges commerciaux bilatéraux, a indiqué le ministère dans un communiqué. Rappelant «l'excellente relation d'amitié et de coopération entre les deux pays», M. Djellab a examiné avec l'ambassadeur d'Ethiopie «les moyens susceptibles de renforcer et de développer la coopération économique et les échanges commerciaux entre l'Algérie et l'Ethiopie, notamment les exportations hors hydrocarbures algériennes vers l'Ethiopie». Pour sa part, l'ambassadeur éthiopien a «félicité les relations d'amitié et de coopération entre les deux pays» et exprimé «la volonté de son pays de consolider davantage ces liens». Les deux parties ont, en outre, insisté sur l'importance du renforcement des rencontres entre les opérateurs économiques algériens et éthiopiens, ainsi que l'organisation de foires et d'expositions leur permettant d'examiner les opportunités de partenariats et d'investissements dans différents domaines, a noté le communiqué.






 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,