25-03-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   UNESCO : Célébration de la Journée mondiale de la poésie      UN ALGORITHME A ÉTÉ CONÇU DURANT DEUX ANS DE ‎TRAVAUX : Tamazight dans Google Translate      CHLEF : 13 troupes théâtrales à la semaine ‎de l'enfance      CULTURE : Une semaine d'activités culturelles   
 

   

 
    culture
 
UNESCO
Célébration de la Journée mondiale de la poésie

L'année 2019, proclamée Année internationale des langues autochtones sous l'impulsion de l'UNESCO, réaffirme la volonté de la communauté internationale d'aider les peuples autochtones à protéger leurs cultures, leurs savoirs et leurs droits. Dans une déclaration, l'UNESCO affirme que «la poésie, sous toutes ses formes, constitue un outil puissant de dialogue et de rapprochement». Cette année, l'UNESCO met en lumière la poésie autochtone, afin de célébrer le rôle unique et considérable de la poésie dans la lutte contre la marginalisation et les injustices, ainsi que dans le rapprochement des cultures dans un esprit de solidarité, selon un communiqué de l'agence onusienne. La poésie est une expression intime qui permet de s'ouvrir aux autres. Elle enrichit le dialogue qui est à la source de l'ensemble des progrès de l'humanité et tisse des liens entre les cultures. La poésie est essentielle à la sauvegarde de langues souvent menacées et à la préservation de la diversité culturelle et linguistique. Chaque forme de poésie, tout en étant unique, reflète l'universalité de la condition humaine et un désir de créativité qui s'affranchit de toutes les limites et de toutes les frontières, du temps comme de l'espace, affirmant sans cesse que l'humanité forme une seule et même famille. Tel est le pouvoir de la poésie. C'est l'UNESCO qui a créé cette action avec pour but de soutenir la diversité des langues à travers l'expression poétique et donner à celles qui sont menacées l'opportunité de s'exprimer au sein de leur communauté respective. La poésie arabe rythme les chansons, panse les coeurs et déclame les douleurs de ses peuples depuis la nuit des temps. À l’occasion de la Journée mondiale de la poésie, découvrez ou redécouvrez ces poètes qui ont génialement su manier les mots. Abou Nawas (747-815) : Né à Ahvaz dans l’actuel Iran, Abou Nawas est connu comme le poète du vin et des amours.  Il est l’auteur de près de 1.500 vers, qui reflètent la Bagdad cosmopolite de l’époque où il écrit. Son œuvre est dynamique et spontanée, et célèbre les plaisirs que la vie a à offrir. Al Mutanabbi (915-965) : Avec ses 300 poèmes, Al Mutanabbi a fait preuve d’une excellente maîtrise de la langue arabe, improvisant parfois des vers sur le vif. Ses poèmes louent le courage et la bravoure, militaire notamment, et des valeurs telles que la fierté et l’héroïsme.






UN ALGORITHME A ÉTÉ CONÇU DURANT DEUX ANS DE ‎TRAVAUX
Tamazight dans Google Translate

Une équipe de militants amazighs a réussi à convaincre le géant américain Google d’intégrer tamazight dans son traducteur automatique. C’est un travail de longue haleine qui a duré plus de deux années. Une équipe de militants amazighs a réussi à convaincre le géant américain Google d’intégrer tamazight dans son traducteur automatique. “Les responsables de Google Translate a accepté́ d’intégrer tamazight dans leur système. Le défi était non seulement de les convaincre d’accepter d’inclure tamazight dans leur système de traduction mais aussi et surtout de le faire en caractères latins”, affirme Mohend Ould-Chikh, un des initiateurs qui ont piloté le projet. Selon ce dernier, après plusieurs essais infructueux, un algorithme a été́ enfin développé́ et jugé “acceptable” pour commencer les tests. L’algorithme, pour le moment perfectible, selon des spécialistes, a besoin d’être amélioré pour arriver à la phase finale du système de traduction en tamazight. Pour ce faire, l’équipe de Google Translate a ouvert un espace pour la communauté amazighe pour permettre aux usagers de participer à l’amélioration de cet algorithme, explique M. Ould-Chikh. C’est ce qui est expliqué dans un email de Google que Liberté a consulté.  Concrètement, cette communauté va fédérer des groupes de personnes volontaires qui vont se charger de traduire du contenu de l’anglais vers tamazight, le moteur principal de traduction de Google étant en anglais. ‎‎“Pour le moment, les phrases qui sont proposées à la traduction sont en anglais. J’ai demandé́ au groupe qui s’en occupe de faire une version en français. En attendant, ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais pourraient traduire les phrases de l’anglais vers le français puis donner la traduction amazighe”, précise notre interlocuteur.






CHLEF
13 troupes théâtrales à la semaine ‎de l'enfance

Au moins 13 troupes, dédiées au théâtre pour   enfants, prennent part à la semaine de l’enfance ouverte samedi à Chlef ,   a-t-on appris auprès des organisateurs. Une affluence nombreuse de familles accompagnées de leur progéniture   (vacances scolaires du printemps oblige) a marqué la première journée de   cette manifestation artistique, abritée par la maison de la culture de   Chlef.  Outre son aspect récréatif, cette semaine de l’enfance a pour objectif   principal de contribuer à ancrer chez   l’enfant, à travers le théâtre, "nombre de valeurs essentielles relatives   à l’amour du pays, de la famille, du livre, et de la préservation de   l’environnement, entre autres",  a déclaré, à l’APS, Djilali Dahmani,   directeur de cet établissement culturel.  Aussi, s’est-il félicité de la forte participation des troupes théâtrales   (au nombre de 13) , relevant d’associations culturelles locales, à cet   événement artistique , qui, outre, "son rôle dans l’ancrage de l’amour du   ‎‎4eme art chez l’enfant, est d’une contribution certaine dans l’animation de   la scène culturelle locale", a-t-il estimé. 

 






CULTURE
Une semaine d'activités culturelles

Le paysage culturel de la semaine écoulée aura   été marqué par diverses activités liées à l'histoire, le théâtre, la   littérature, le cinéma, la poésie, les Arts plastics et la photographie   d'Art. Rencontre nationale, organisée samedi dernier à Sidi Bel-Abbès,  sur le   devoir de mémoire et le traitement des événements historiques avec   objectivité.  Présentation, samedi dernier au Théâtre régional d'Oran   «Abdelkader-Alloula» de la nouvelle version de la comédie, «Arlequin valet   de deux maîtres» en commémoration du ‎‎25e anniversaire de la disparition du   dramaturge Abdelkader Alloula (1939-1994) qui avait réalisé la première   version de la même £uvre en 1993. Le 7e  Colloque national, «Les Aurès dans lÆhistoire» ouvert mardi à la   bibliothèque centrale de la ville de Khenchela, sous le thème «le   territoire auréssien, lÆhomme et le milieu à travers le temps, entre   histoire, archéologie et anthropologie». La générale de la pièce de théâtre pour enfants, «Aouhème El Ghaba»   (Les illusions de la forêt), mise en scène et adaptée par Issam Khenouche,   d'un texte du dramaturge irakien Kassim Matroud, présentée samedi dernier   au Théâtre régional de Batna. Première exposition de livres sur la femme algérienne, ouverte dimanche   à la bibliothèque principale de lecture publique «Dr Yahia-Bouaziz» à   Tissemsilt.  Lancement, dimanche et pour trois jours, à la salle de cinéma   Rabah-Bitat à Sétif, de la première édition du court métrage de la ville de   Ain Kebira (Nord de Sétif) sous le thème, ‎‎«Jeunesse-éthique-créativité»,   avec la participation de 28 films de jeunes cinéastes-amateurs venus de   plusieurs villes d'Algérie. Le 7e Colloque international sur le soufisme, ouvert mardi -et durant   deux jours- à Relizane, avec la participation d'hommes de culte et de   chercheurs algériens et étrangers, sous le thème «Education spirituelle et   défis de la mondialisation».  

Inauguration, mardi de la Bibliothèque centrale de lecture publique de   Khenchela

 À l’occasion du 57éme anniversaire de la fête de la Victoire. Présentation, mardi à la Maison de la culture «Ali-Souai» à Khenchela de   la pièce de théâtre, «Armalet Echahid» (La veuve du martyr), produite par   l'association «El Moutheleth El Ouaki'' de Guelma. Clôture, mardi à la salle de cinéma Rabah-Bitat à Sétif, de la première   édition du court métrage de Ain Kebira (Nord de Sétif), avec la distinction   des jeunes cinéastes, Abdellah Kada de Ain Defla, Prix du «meilleur film   complet», pour son court métrage, «Kayen Ouela Ma Kanech», Imad Benamoura   de Batna, 2e Prix pour son film, «La note», Mohamed Tahar Boukat de Annaba ,  3e Prix pour «Stay», et Toufik Chorfa de Sétif, Prix du Jury, pour son   film «Salfili». Colloque national,organisé mercredi à la Maison de la culture de   Tlemcen,

 sur la personnalité du poète mystique Cheikh Kaddour Ezzerhouni et   l'importance d'encourager la recherche scientifique et académique dans le   domaine du patrimoine national populaire. Vernissage, jeudi et jusqu'au 7 avril, à la galerie d'Art Aïcha-Haddad à   Alger d'une exposition de 28 toiles réalisées en aquarelle et peintes à   l'huile sur toile, par le plasticien Faiçal Barakat, sous l'intitulé   «Lumières de Biskra».






 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,