22-05-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   SECTEUR SANITAIRE : 2.997 actes opératoires enregistrés en deux mois à l’EHU d’Oran      SAISONNIERS DEPUIS 20 ANS : 1.076 travailleurs régularisés en tant que contractuels      COOPERATION DANS LE SECTEUR DE L’AGRICULTURE : Une responsable américaine reçue par la CCIO      SOUK AHRAS : La wilaya à l’abri du manque d’eau potable cet été      OUARGLA : Plus de 260.600 qx de produits maraîchers sous serres récoltés      EL-OUED : 2,5 mds DA d’investissements pour améliorer le réseau d’électricité      GHARDAIA : Des actions pour régénérer l’Acacia Raddiana et le pistachier de l’Atlas   
 

   

 
    region
 
SECTEUR SANITAIRE
2.997 actes opératoires enregistrés en deux mois à l’EHU d’Oran

Le bilan des activités de l’ Établissement hospitalo-universitaire de la région de l’Ouest, l’EHU d’Oran 1er-novembre, correspondant à la période allant du 1er janvier au 28 février, fait état d’un total de 2.997 actes opératoires, 52.817 consultations, 9.447 hospitalisations et 19.747 admis du jour. Dans les détails et précisément dans le volet des services médicaux, le département de pneumologie a enregistré 1.427 consultations, 143 admissions et 462 cas d’admission du jour. En médecine interne, 1.779 consultations, 95 admissions et 582 hospitalisations du jour ont été recensés. Même volume de l’activité relevé dans le service hématologie illustré par 1.574 consultations, 88 hospitalisations et 4.103 admissions du jour. Idem pour les services de dermatologie, cardiologie et endocrinologie ayant recensé, respectivement, 2.219, 6.341 et 3.107 consultations, 82, 436 et 116 hospitalisations du jour et 590, 75 et 504 admissions du jour. D’autres chiffres importants concernent les activités des départements de néphrologie, gastrologie et oncologie. L’on note, respectivement, 1.563, 1.466 et 1.861 consultations, 83, 131 et 537 hospitalisations et 1.377, 548 et 2.289 admissions du jour. S’agissant du service de neurologie, celui-ci a enregistré 742 consultations, 176 hospitalisations et 2.952 admissions du jour. Pour ce qui est des services chirurgicaux, le bilan des deux premiers mois de l’année en cours indique le plus important nombre d’interventions chirurgicales enregistré dans le service de gynécologie obstétrique et néonatalogie avec  1.478 actes chirurgicaux, dont 927 accouchements (487 par voie basse et 440 césariennes). Il est suivi par les services des UMC, chirurgie orthopédique & traumatologique et chirurgie vasculaire ayant recensé respectivement, 338, 242 et 151 actes opératoires.  Par ailleurs, il convient de souligner que le premier service mobile d’urgence et de réanimation (unique du genre à l’échelle nationale) lancé officiellement en janvier 2017, avait rendu public en 2018 son premier bilan annuel d’activité qui fait état de 455 cas d’admission  du jour et 258 hospitalisations. Sur ce total, 97 interventions (hôpital du jour et hospitalisation) ont été recensées au courant du 1er trimestre, 155 dans le 2e trimestre, 191 durant le 3e trimestre, enfin, 270 dans le 4e.  Selon le chef de service du SMUR, Dr Brahim Bendelhoum, une grande partie des cas pris en charge par le SMUR se situent dans la tranche d’âge allant de 30 à 70 ans. Il explique, par ailleurs, que la plupart des cas d’interventions concernent les pathologies cardiaques et neuro-vasculaires avec une fréquence moyenne de 3 à 7/par jour. A savoir que le facteur climatique joue un rôle dans la hausse ou la baisse de certaines pathologies. «les accidents cardiovasculaires (AVC) augmentent pendant l’été, contrairement aux pathologies cardiaques qui diminuent pendant les périodes de chaleur et augmentent en hiver», a-t-il indiqué. Il faut savoir que l’unité des Urgences Mobiles (SMUR) est la première du genre créée en Algérie. Elle est entrée en service le 5 janvier 2017. A son ouverture, elle comptait 16 médecins généralistes qui ont bénéficié d’une formation spécialisée, contre 12 aujourd’hui. «En fait, nous avons eu des difficultés pour recruter des médecins généralistes qui ont travaillé dans les services des urgences formés spécialement pour ce genre d’interventions. Il faut dire qu’ils sont rares dans notre pays. Il faut savoir que les médecins du staff actuel du SMUR ont été formés et initiés par des spécialistes français. Cela dit, le service dispose actuellement de tous les moyens nécessaires à son fonctionnement. Au plan organisationnel, nous essayons de faire mieux», a-t-il assuré. Les médecins urgentistes ont pour mission d’intervenir sur place avant l’arrivée du malade à l’hôpital et son admission au service des urgences. L’intervention des équipes de soins, qui commence au domicile du patient ou sur un chantier, permet de réduire le temps d’intervention, son transfert dans des conditions correctes, son ralliement rapide au service approprié au niveau de l’établissement, ce qui optimise les chances de sauver le malade. Le but est de gagner du temps, a-t-on expliqué. «Le SMUR d’Oran prend ainsi en charge les urgences médicales liées à différentes pathologies — cardiovasculaires, respiratoires et neuro-vasculaires entre autres — ce qui permettra de réduire la morbi-mortalité», explique un responsable. L’équipe médicale de cette structure est en mesure d’apporter les soins d’aide médicale urgente en dehors de l’enceinte hospitalière et être appelée à participer au transport entre hôpitaux (transports secondaires) lorsqu’un patient nécessite des soins ou une surveillance médicale intensive pendant le trajet, ajoute-on. Il convient de souligner que la médecine d’urgence n’est pas encore dotée d’un statut d’une spécialité à part entière dans notre pays. L’EHU d’Oran est  aussi le premier établissement en Algérie à se doter d’un système d’information hospitalier SIH et un dossier médical électronique DME, qui offrent la possibilité d’une meilleure prise en charge et une continuité des soins. Sur un autre registre, le secteur de la santé dans  la wilaya d’Oran a été doté la semaine dernière de 4 véhicules ambulances de marque Mercedes montés à l’usine de Tiaret. Quatre établissements ont bénéficié de ces véhicules, à savoir l’EHS Nouar Fadéla et les EPSP d’Es Sédikkia, Arzew et Aïn Turck.

Rayen H






SAISONNIERS DEPUIS 20 ANS
1.076 travailleurs régularisés en tant que contractuels

Pas moins de 1.076 travailleurs saisonniers depuis 20 ans dans la commune d’Oran ont été régularisés et recrutés en tant que contractuels, ont annoncé les responsables de la commune d’Oran. Une décision qui fait suite à l’accord accordé par le gouvernement à une demande introduite par la commune d’Oran depuis trois années. Lors d’une visite effectuée par le wali d’Oran, Mouloud Chérifi, au siège de la division de l’hygiène et d’assainissement, cette décision a été rendue publique en présence d’un nombre du personnel concerné par cette régularisation. Le premier responsable a affirmé, lors de cette rencontre, que cette décision a bénéficié d’une dérogation spéciale du gouvernement. Des centaines de travailleurs saisonniers dans les différents secteurs d’activité relevant de la commune d’Oran n’ont cessé d’organiser, depuis des années, des actions de protestation pour faire entendre leur voix et dénoncer la précarité de leur situation socioprofessionnelle qui dure depuis 20 ans. Le wali d’Oran, et à l’occasion de sa rencontre avec les travailleurs, a fait savoir  qu’une commission de travail mixte sera créée incessamment pour suivre et étudier de près les revendications des travailleurs en concertant avec les concernés eux-mêmes.

R.H






COOPERATION DANS LE SECTEUR DE L’AGRICULTURE
Une responsable américaine reçue par la CCIO

Dans le cadre de la coopération entre les deux pays, les membres de la chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie (CCIO) ont reçu l'attachée de l'agriculture et de l’économie auprès de l’ambassade des États-Unis d'Amérique (USA) en Algérie, Mme  Justina Torry,  en marge d’une  visite de travail à Oran. Cette rencontre, à laquelle ont pris part un représentant des opérateurs économiques algériens intervenant dans le secteur de l’Agro-industrie, a permis, selon les responsables de  la CCIO, «de faire un état des lieux sur la situation actuelle de l'agriculture au niveau de la région de l'Oranie, et d’essayer de forger de possibles passerelles de collaboration pour de futurs partenariats fructueux entre les deux pays». Pour rappel, le service agricole de l’ambassade des Etats-Unis en Algérie a organisé en décembre dernier, en collaboration avec la ferme Benchekor Mostéfa et Fils et la direction des services agricoles de la wilaya d’Oran, un séminaire sur le «Programme de bourses Cochran. Ce dernier a pour objectif d’offrir des formations de qualité aux spécialistes et cadres activant dans les domaines des politiques commerciales et agricoles, du développement de l’agroalimentaire, du marketing et des sciences animales, végétales et alimentaires, et ce,  afin d’améliorer les systèmes agricoles locaux, tout en renforçant et développant les relations commerciales avec les États-Unis, a-t-on indiqué. Depuis sa création en 1984, le «Programme de bourses Cochran» a assuré la formation de plus de 18.000 participants issus de 126 pays, dont 190 Algériens, selon un communiqué de l’organisme organisateur.

Hadj H






SOUK AHRAS
La wilaya à l’abri du manque d’eau potable cet été

La wilaya de Souk Ahras sera durant l’été 2019 à l’abri de la problématique de pénurie d’eau potable dont elle a souffert durant les années précédentes, apprend-on mardi de la direction des ressources en eau. Ceci sera possible à la faveur de l’augmentation "record" des niveaux d’eau des trois barrages de la wilaya suite aux précipitations de pluies et de neige des derniers mois, a indiqué la même source qui note que le barrage d’Ain Dalia qui emmagasine actuellement 36 millions m3 contre seulement 4 millions m3 en janvier passé assure 65.000 m3 par jour pour l’approvisionnement des communes de la wilaya. Le barrage de Foum El-Khanga destiné à l’irrigation agricole a vu son niveau passer de 25 millions m3 à 50 millions m3 tandis que le barrage d’Oued Mellague dont la mise en eau a débuté en 2017 retient actuellement 90 millions m3 contre 50 millions m3 il y a quelques mois, a encore indiqué la même source qui souligne que les travaux de réalisation du barrage d’Oued Djedra (35 millions m3) affichent un taux d’avancement de 80 %. Il a été procédé dernièrement au fonçage de 6 forages à Taoura assurant un débit entre 30 et 50 litres/seconde, assurent les responsables de l’Agence national des ressources en eau de Constantine qui supervise la gestion du bassin hydrique de Taoura. Le fonçage de deux autres forages artésiens est en cours à M’daourouch au titre d’une opération du Fonds national de l’eau en coordination avec la direction des ressources en eau. L’unité locale de l’Algérienne des eaux (ADE) a réparé 272 fuites d’eau sur le réseau dans 26 communes de la wilaya parallèlement au lancement de l’opération de nettoyage des châteaux d’eau. Le taux de raccordement au réseau d’eau potable atteint actuellement 98%, avec un ratio moyen par habitant de 134 litres/jour.






OUARGLA
Plus de 260.600 qx de produits maraîchers sous serres récoltés

Une production de plus de 260.600 quintaux (qx) de fruits et légumes sous serres a été récoltée à ce jour dans la wilaya d'Ouargla, au titre de la saison agricole 2018-2019, a-t-on appris mardi auprès de la direction locale des Services agricoles (DSA). Cette production, qui se répartit entre différents produits maraîchers, dont la pastèque (154.746 qx), le melon (60.525 qx), la tomate (11.440 qx), la courgette (9.000 qx), le poivron (3.349 qx), le piment (2.856 qx), le concombre (2.148 qx) et autres, concerne une superficie récoltée de 770,5 hectares sur les 2.324,5 réservés à la culture sous serre à travers la wilaya, a-t-on précisé. Pratiquée dans plusieurs communes agricoles, telles que Sidi-Khouiled, Hassi Benabdallah, N'goussa et Taibet, la serriculture maraichère a connu ces dernières années une dynamique, à la faveur de divers programmes de développement accordés par l'Etat et l'engouement des agriculteurs pour ce genre de cultures en vue de répondre aux besoins du marché local, a-t-on souligné. La base productive de la wilaya a été consolidée, en outre, par un important complexe agro-industriel spécialisé dans la production de primeurs (hors-saison) sous serres avec l'utilisation de la géothermie, selon les normes internationales, sachant que la première opération d'exportation de courgettes Bio vers l'Europe a été effectuée l'an dernier, rappelle la source. Implanté dans la localité de Ghamra (Nord d'Ouargla), ce complexe s'inscrit dans le cadre d'un partenariat entre l'Office national d'irrigation et de drainage (ONID) et la société espagnole Alcantara-Systems internationales. Selon la DSA, ce projet est appelé à accompagner les opérateurs économiques nationaux désireux d'investir dans la création d'exploitations agricoles de production de primeurs utilisant la géothermie, et ce à travers la formation et le transfert du savoir-faire dans ce domaine. La wilaya d'Ouargla, où la superficie agricole est de 5.691.688 hectares, dispose d'importantes ressources hydriques et d'immenses étendues de terres susceptibles de donner une impulsion aux cultures sous serres, a-t-on souligné.






EL-OUED
2,5 mds DA d’investissements pour améliorer le réseau d’électricité

Un volume d’investissement de 2,5 milliards DA a été consenti par la société de distribution de l’électricité et du gaz (Sonelgaz) d’El-Oued, au cours des six dernières années, pour l’amélioration du réseau de distribution de l’électricité, a-t-on appris mercredi auprès de l’entreprise. Dans le cadre de l’exécution de ce programme d’urgence amorcé en 2013 et touchant les 30 communes de la wilaya, l’entreprise a installé 470 transformateurs (aériens et terrestres) en plus de la réalisation de 640 km de réseau d’électricité de moyenne et basse tension, a indiqué le chargé de communication de l’entreprise, Habib Meslem. Pour l’année 2019, une enveloppe de 340 millions DA a été prévue pour la réalisation de huit (8) transformateurs à travers sept (7) communes, en plus de cinq (5) nouveaux départs de lignes de haute tension (30 kilovolts) sur un linéaire de 77 km et de 27 opérations de raccordement entre les départs sur 20 km, et dont les travaux sont à près de 80% d’avancement, a-t-il ajouté. Ces projets, réalisés ou en cours, viennent, en plus d’améliorer le réseau de distribution et de remédier aux perturbations enregistrés ces dernières années dans certaines zones d’habitation, accompagner aussi le développement des investissements agricoles et industriels dans la wilaya, selon M. Meslem. Ces investissements ont, en effet, contribué à l’impulsion de la dynamique d’investissement industriel et l’émergence de petites et moyennes entreprises, ainsi qu’à l’extension des surfaces agricoles irriguées, a-t-il souligné. En prévision de la saison estivale, la Sonelgaz d’El-Oued a mobilisé 19 équipes, se relayant sur 24/24 heures sur les 7 jours de la semaine, pour intervenir en urgence en cas de perturbations sur le réseau, fait savoir également le chargé de communication.






GHARDAIA
Des actions pour régénérer l’Acacia Raddiana et le pistachier de l’Atlas

Des actions de collectes de graines de semence pour la régénération et la multiplication des peuplements de l’Acacia Raddiana et du pistachier de l’Atlas ont été lancées dans les zones arides et désertiques de la wilaya de Ghardaïa, a indiqué mercredi à l’APS le conservateur des forêts par intérim de la wilaya. S’exprimant à l’occasion de la Journée internationale de la biodiversité, Mohamed Ameur a précisé que cette collecte de graines de l’Acacia Raddiana et du Pistachier de l’Atlas va permettre la multiplication des plants de ces arbres endémiques dans la pépinière de Zelfana, afin d’empêcher l’extinction de ces espèces liée à la désertification et de renforcer la densité de ces arbres par des plantations. Selon le responsable du secteur des forêts de Ghardaïa, ces actions sont menées sur la base des résultats d’une étude de sauvegarde de l’Acacia et du pistachier de l’Atlas, réalisée par le Bureau national d’étude pour le développement rural (BNEDER) à la demande du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche,  pour le compte de la direction générale des Forêts. "Avec des moyens raisonnables et un ferme engagement de tous, nous pouvons réhabiliter et développer ces espèces forestières, mis en péril par une surexploitation de l’homme, l’érosion et le stress hydrique, pour la sauvegarde de la biodiversité et le maintien des grands équilibres naturels", a-t-il affirmé.  Longtemps délaissée, l’Acacia  (Tala en Arabe et Abrège en Tamazight), une espèce particulièrement bien adaptée à la sécheresse, réputée aussi pour son efficacité dans la fixation du sol et la lutte contre la désertification, est plus que jamais devenu un arbre d’intérêt particulier auprès de la conservation des forêts de la wilaya pour sa régénération et sa préservation, a-t-il expliqué. L’Acacia est répandu au sud de la wilaya dans la région d’El-Menia sur une superficie de plus de 14.500 hectares, avec une densité de 20 à 30%, a fait observer le responsable de la flore et la faune de la conservation des forêts de Ghardaïa. Arbre aux nombreuses vertus, il joue un rôle majeur dans les régions sahariennes notamment comme fourrage pour l’alimentation du bétail, et est également utilisé dans la pharmacopée traditionnelle saharienne, notamment la gomme extraite de cet arbre, ses feuilles, ses fleurs et ses fruits, a détaillé Abdelwahab Cheddad. Le pistachier de l’atlas (El-Botma en arabe et Iggh en Tamazight) fait partie également du patrimoine forestier du Sahara menacé d’extinction, et une colonie de près de 700 individus ont été répertories dans la région nord de la wilaya de Ghardaïa (Berriane, Guerrara et Daya Ben Dahoua).  Arbre à usage multiple, le pistachier de l’Atlas constitue un rempart biologique de lutte contre la désertification parce que l'écosystème assure la protection du sol contre l’érosion, favorisant ainsi l’alimentation en eau des nappes phréatiques. Son fruit "pistache" est riche en huile, énergétique et très prisée par la population, et son écorce produit de la résine mastic (colophane visqueuse) à usage médical. Pour tenter de préserver et de multiplier ces peuplements (Acacia et Pistachier) et la régénération de ce patrimoine, les agents des forets collectent systématiquement des graines qu'ils replantent ou conservent, afin de les tester dans les pépinières et d'empêcher la disparition de ces espèce, liée à la déforestation ou à la surexploitation dans les zones désertique au sud de la wilaya de Ghardaïa. Les responsables de la Conservation des forêts ont également mis en place récemment d’une équipe spécialisée, en collaboration avec la gendarmerie nationale, pour lutter contre l'abattage illégal des arbres et le braconnage de la faune sauvage ainsi que le trafic lié à la faune et la flore sauvages, conformément aux conventions du Fonds Mondial pour la Nature (WWF).






 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,