22-07-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   TUNISIE : Béji Caïd Essebsi refuse de signer les amendements de la loi électorale      MAURITANIE : Problèmes dans le secteur de la pêche, menace des européens      SOUDAN : En pleine concertation, l'opposition continue d’unifier ses positions      BURKINA FASO : Tentative de sabotage du pont qui relie Djibo à Ouagadougou   
 

   

 
    Monde
 
NIGER ‎
Orange et Airtel ‎autorisés à rouvrir leurs ‎bureaux à Niamey

Sous scellés depuis un mois, les locaux d’Orange Niger et d’Airtel ont été réouverts à l’issue de ‎‎négociations confidentielles. La Direction générale des impôts nigérienne (DGI) et les deux principaux opérateurs téléphoniques du pays, Orange Niger et Airtel,viennent de trouver un accord pour mettre fin au bras de fer qui les oppose depuis plus d’un mois aux autorités. Selon des médias locaux, la filiale du groupe Orange a consenti à régler une partie des 22 milliards francs CFA (34 ‎‎millions d’euros) que lui réclamait le fisc nigérien pour ‎‎« non-paiement d’impôt ». « Une solution semblable a été trouvée avec Airtel » a affirmé à Jeune Afrique le 7 janvier Hassoumi Massadaou, ministre nigérien des Finances en charge de ces dossiers. La DGI avait adressé au groupe un ‎‎redressement fiscal de 62 milliards F CFA. Les opérateurs, tout en confirmant l’existence d’accords, ‎‎n’ont pas souhaités en donner les détails. Le groupe français avait d’abord refusé de payer ce ‎‎redressement fiscal, ce qui avait déclenché la mise sous scellé de ses locaux ordonnée par la DGI le ‎‎29 novembre dernier. Dans un communiqué, l’opérateur s’étonnait alors du montant « exorbitant ‎‎» qui lui était réclamé, équivalent à près de 50 % de son chiffre d’affaires. Orange Niger affirmait s’être « toujours acquitté de ses obligations fiscales » depuis le démarrage de ses activités au Niger en 2008, regrettant que « cette décision contestable » de la part des autorités et ‎‎« disproportionnée » menace sérieusement la continuité de l’entreprise. Orange Niger, qui ‎‎revendique 532 salariés dans le pays et 2,4 millions d’abonnés (sur un peu plus de 22 millions ‎‎d’habitants), est le deuxième groupe de téléphonie mobile dans le pays derrière Airtel Niger, filiale du groupe indien Bharti, qui affiche 4,4 millions d’abonnés. Parallèlement à l’affaire Orange, ce concurrent a fait face aux mêmes difficultés fiscales. Le 7 décembre, la DGI plaçait ses locaux sous scellé, exigeant un redressement fiscal « disproportionnée » selon Airtel, puisqu’il représente près de 70 % de ses revenus dans le pays.‎ ‎




 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,